Petites actualités bordelaises

Eh oui, comme pas mal de mes contacts le savent, je suis depuis quelques semaines une bordelaise. Je fais une collocation avec Zoé (vous pouvez la voir ici, n’hésitez pas à la suivre, ça lui fera plaisir !) et Julie (qui se cache dans un endroit avec 42 dans les coordonnées). Bref socialement c’est déjà pas mal de changement :).

Je vois venir les plus curieux avec la phrase « bah et le boulot, tu t’es faite muter ?!? ». La réponse est non, j’ai tenté effectivement d’en demander une mais ça ne s’est pas fait. J’ai donc décidé de démissionner et de partir un peu vers l’inconnu, après tout je suis dans un domaine où le boulot ne manque pas. Faute de trouver des offres vraiment intéressantes, je me suis décidée à concrétiser le projet que certains connaissent sous le nom de Celisoft. Je prévois de faire de la formation et du développement logiciel. Je n’en dis pas plus pour le moment, le site web arrivera très bientôt pour vous présenter le projet et mes propositions de solution. Je pense pouvoir apporter mon petit plus dans le domaine et le fait de me sentir soutenue me donne de la motivation et plein d’idées donc je fonce dans l’aventure Celisoft !!

Niveau personnel, on peut juste ajouter que j’ai maintenant une chaîne YouTube (Ouuuuaaah trop classe !! … Ou pas :p). Bon les vidéos sont plus orientées vblog plutôt qu’informatique, je vais peut-être y remédier, on verra car en ce moment faire une vidéo YouTube n’est pas facile (on recherche une maison mais en attendant on est à 3 dans un petit T1, je vous laisse imaginer).

« Oh mais j’y pense ta transition, tu vas devoir tout changer ?? » : la réponse est « oui » et ce n’est pas forcément un mal vu que j’intègre le parcours de l’équipe Transgender de Bordeaux petit à petit. L’endocrinologue sait vraiment ce qu’il fait et la dermatologue me semble moins hésitante sur l’usage de son laser. Les deux sont super sympas en tout cas et je me sens en confiance avec eux ! Pour ce qui est de la psy, je ne la rencontrerai a priori qu’en décembre car il y a trop de demande donc l’opération finale bah ce sera pour 2015 au plus tôt je pense.

Ca commence à faire un beau petit article quand même avec toutes ces aventures donc je vais m’arrêter là pour aujourd’hui et j’espère que ces petites news vous feront plaisir. Gros bisous printaniers !

Le gâteau de courgette

Et oui, ça faisait longtemps que je n’avais pas écrit un article culinaire. En voici donc un qui satisfera tout le monde : je vais vous donner la recette du gâteau de courgettes (que je tiens de ma mère, c’est pour vous dire à quel point c’est bon :p).

Mais avant de passer à la recette, je tenais aussi à partager avec vous que je franchis encore une étape en matière de cuisine. Cela fait effectivement plusieurs mois que je diminue de plus en plus ma consommation de viande et mon seul apport était en allant à McDo une fois par semaine (oui Marie, j’ai craqué pour une boîte de pâté en septembre :p). Bref je ne supportais déjà plus le cochon (saucisson, tu me manques :( ) et je me suis dis que c’était l’occasion de passer à un régime presque végé (oui parce que bon le foie gras pendant les fêtes, j’y renoncerai pas :p). Depuis cette décision, je découvre des aliments et des saveurs nouvelles (sérieux du lait de riz :o). Allez, c’est parti !

Gâteau de courgette

Ingrédients :

  • 1 courgette ;
  • 1 oignon ;
  • 2 ou 3 tomates selon la taille ;
  • 2 oeufs ;
  • Du lait ;
  • Sel et poivre ;
  • Du gruyère si ça vous dit.

Recette :

  1. Dans une casserole, faire revenir les oignons et les tomates en salant et poivrant.
  2. Dans une poêle, faire revenir la courgette coupée en rondelles.
  3. Battre les oeufs en omelette avec un peu de lait et mélanger avec le coulis de tomates.
  4. Déposer les rondelles de courgette dans un plat pour le four.
  5. Verser le coulis sur les rondelles de courgettes.
  6. Saupoudrer le tout avec du gruyère si vous le souhaitez.
  7. Mettre au four pendant 25 minutes à 210°C (Th. 7).

Et voilà, bon appétit :-)

Le 4/5ème

Le 4/5ème, un aménagement du travail très connu prévu pour travailler 4 jours sur 5 dans la semaine au lieu des cinq prévus dans un contrat « classique », commence à me tenter. Pourquoi ?

Cet aménagement du temps travaillé dans une semaine me permettrait de faire d’autres choses dans la semaine que ce qui m’est donné à faire dans le cadre de mes tâches quotidiennes à mon travail. J’en vois déjà venir avec leurs gros souliers :

« Ouais en gros tu veux vraiment glander une journée dans ta semaine au lieu de venir bosser ».

Eh bien non, perdu. Ce cinquième jour serait réservé pour bosser sur des projets libres (code, test ou documentation) en dehors du cadre trop ferme et fermé de l’entreprise qui ne cherche que productivité et rentabilité. Et j’y pense depuis longtemps car pour moi c’est un plaisir d’aider dans le cadre de ce type de projet, et ce depuis le lycée. Mais à l’époque j’étais plus dans l’optique de coder le soir après ma journée de boulot sauf que ça ne dure qu’un temps.

N’oublions pas qu’une journée ne fait que 24 heures et qu’il ne reste que 15 heures dans votre journée si vous dormez 8 heures (comme moi) et que vous utilisez environ un total d’une heure pour tous vos repas. Retirez à cela votre journée de travail que l’on arrondira à 8h (même si c’est souvent plus), il vous reste 7h et comme on est pas des robots il ne vous restera que 5h qui s’amenuiseront encore au fur et à mesure de votre fatigue montante au cours de la semaine (oups j’ai oublié la vie sociale ! (oui moi aussi j’en ai une)). Bref il vous reste 5 heures durant lesquels vous avez besoin de faire autre chose que de réfléchir ou du moins pas au même type de chose que dans la journée.

« Oui bah fait comme tout le monde (sic), réserve toi un samedi de temps en temps … »

Sauf que non, ça ne marche pas car le week-end, on a tendance à se mettre en mode « week-end » pour dire de gérer la semaine suivante comme il se doit. Ce qui fait que les trouze milliards (oui ça existe :p) de choses que je voudrais faire pour aider la communauté du libre ne voient pas le jour. Dernier exemple en date : le site pour les traducteurs de Framalang pour gérer leurs traductions. Un truc tout simple en PHP, et bien pour résumer : je n’ai pas le temps et ça me frustre, en termes clairs, ça m’emmerde.

Et j’ai pensé à la solution du 4/5ème, pour me dédier à l’avancement de projets libres personnels ou non.

Et si l’on regarde la pyramide de Maslow, si l’on s’arrête à ce que je vis actuellement j’en suis là :

Capture d’écran 2013-09-09 à 18.09.22Alors que si j’arrivais à participer à la communauté du libre activement comme je le souhaiterais, j’en serais plutôt là (au sommet) :

Capture d’écran 2013-09-09 à 18.08.19Et ça fait toute la différence, l’entreprise telle que je la vis actuellement ne me permet pas de m’accomplir et ne me le permettra jamais. Et ce n’est pas changer de travail qui le permettra non plus mais bel et bien faire ce que je souhaite faire depuis le début : aider, contribuer et partager.

Maintenant comment le mettre en place vis-à-vis de mon employeur ? Comment trouver un projet à dépanner ? Quel jour choisir ? C’est un peu les questions qui se bousculent dans ma tête en ce moment. Qu’en pensez-vous ? Est-ce un utopie ? Cela pourrait-il servir réellement à la communauté ?

Ces sites de rencontre où il ne faut pas être bi

Ah la recherche de l’amour, un gros business auquel se sont attaquées plusieurs dizaines d’entreprise pour profiter des gens qui recherchent le grand amour, l’âme sœur. Seulement voilà, sur tous les sites « de rencontre » que j’ai pu visiter, il n’y a aucune place pour les personnes bisexuelles sur ces sites. Par contre tous acceptent les hommosexuel(le)s ce qui est déjà un premier pas. Je ne trouve, par contre, pas normal de faire une telle discrimination pour des sites en charge de nous faciliter la trouvaille de l’Amour.

Voici la liste des sites biphobes que j’ai visité :

Alors, chers webmestres, la requête SQL à effectuer pour chercher parmi les deux sexes proposés par vos sites est très simple, il y a une clause where à retirer, puis après il faudra ajouter une ou deux petites lignes dans le code HTML de la page d’inscription et vous pourrez fièrement dire que vous n’êtes plus biphobes. En attendant vous l’êtes et il est hors de question que j’accepte de m’inscrire sur un seul de vos sites !

005 – L’attaque du village

La pluie et le tonnerre continuaient de perturber le calme de la nuit. Les voyageurs étaient si fatigués de leur périple que cela n’allait pas les empêcher de dormir paisiblement … du moins le croyaient-ils…

La chambre d’Eleonor donnait sur le bourg tandis que celles des deux hommes avaient une vue sur la montagne. Bien que par ce temps, la vue n’était pas fort agréable. Tous les trois ne tardèrent pas à se dévêtir et profiter de leur lit et d’un repos bien mérité.

Cependant, au cœur de la nuit, Eleonor se réveilla brutalement. Le médaillon qu’elle portait rougeoyait et était devenu brûlant. Si elle se basait sur ce que la Grande Prêtresse de son ordre lui avait dit avant de la laisser partir du Temple, cela indiquait qu’un dragonacé était présent dans les environs.

Les dragonacés sont une famille d’animaux dont l’un des principaux représentants est le dragon. Ils sont caractérisés par une taille gigantesque, au moins cinq mètres de hauteur pour le plus petit représentant connu, et la capacité à cracher du feu sur des zones plus ou moins grandes. Les dragons ont la faculté de voler dans les airs, ce qui les rends parfois bien utiles pour voyager de montagne en montagne, une fois apprivoisés bien évidemment. Le dragon est d’ailleurs le seul dragonacé qu’il est possible de domestiquer, fait avéré et définitivement validé par l’Académie des Anciens Mages suite à plusieurs accidents causés par des expériences voulant prouver le contraire.

Eleonor bondit dans la chambre de ses compagnons pour les prévenir du danger imminent. Ces derniers furent vraiment surpris par l’irruption de la jeune femme ainsi que par la nouvelle : la région n’était pas réputée pour ses dragons. Ils jetèrent un œil par la fenêtre et comprirent pourquoi : ce n’était pas un dragon qui avait causé la réaction du médaillon mais un mondragon. Ces derniers sont des dragonacés millénaires qui ne se réveillent que très rarement et se reposent pendant des centaines d’années en se repliant sur eux-mêmes formant ainsi des montagnes où la nature se développe.

Immédiatement, ils remirent leur tenue de voyage et donnèrent l’alerte à l’aubergiste et ses locataires. Ils foncèrent dès lors dans les rues afin de se rendre utiles mais ils constatèrent que le chaos régnait déjà : les habitants, complètement paniqués, couraient dans tous les sens. L’aubergiste rejoignit nos aventuriers.

Eleonor fixait du regard le mondragon. Ce dernier avait un regard rougeoyant et regardait en leur direction. Le médaillon dégagea une lumière tellement intense que les gens qui se sauvaient à proximité durent couvrir leur yeux. Aldren comprit cependant que ce n’était pas eux que le monstre observait mais une jeune fille qui courait vers eux. Cette jeune fille n’était autre qu’Elise. Le bijou rougeoyant d’Eleonor se mit à flotter dans les airs et le collier se tendit en direction d’Elise qui désormais tendait la main vers eux comme si sa course allait enfin se finir une fois en leur compagnie. Le mondragon se mit à cracher ses flammes qui cependant ne firent rien à la jeune fille ni au groupe d’aventuriers qu’elle venait de rejoindre. Dans un halo bleuté, le groupe, réunis dans des circonstances moins festives que la veille.

« Le médaillon, il s’est activé, je n’ai rien fait, je ne comprends pas, que se passe-t-il ? », s’exclama Eleonor.

« Je crois que nous avons fini la première étape de notre quête, cette jeune fille est l’héritière descendante d’Ilmarande, donne-lui le médaillon tout de suite avant que nous ne nous fassions tuer par ce monstre infernal ! », lui répondit immédiatement Khal.

Eleonor donna le bijou à la jeune fille qui ne comprenait pas vraiment ce qui se passait. Le mondragon ne comprenait pas non plus pourquoi il ne pouvait pas brûler ce groupe insignifiant et cracha des flammes de nouveau. Aldren banda son arc avec deux flèches. Eleonor prît la main d’Elise pour la poser sur l’épaule de l’archer. Les flèches, auparavant normales, s’enflammèrent de flammes vertes. Aldren visa les yeux du mondragon et décocha ses flèches qui atteignirent toutes deux leur cible. L’animal, privé de sa vue et de sa vie s’écroula.

« Comment en deux flèches avez-vous réussi à tuer une bestiole pareille ?! », s’exclama l’aubergiste.

« Les mondragons ont une grande faiblesse, leurs yeux. La magie distillée par les flammes du médaillon ont accéléré la chose, les flammes vertes sont mortelles pour tout être qui les touche. Du moins, c’est ce que nous avons pu découvrir jusqu’ici … » lui répondit Aldren.

« Il n’a pas été aisé de réunir à la fois le médaillon et une prêtresse du temple de l’Ordre pour pouvoir le découvrir mais je je dois reconnaître que cette jeune fille à un pouvoir latent plus puissant qu’Eleonor pourtant censée être l’une des quatre seules personnes à pouvoir le maîtriser. », ajouta Khal.

« Et qui sont les trois autres ? », s’enquit l’aubergiste.

« La Grande Prêtresse de l’Ordre qui m’a donné le médaillon, le magicien qui l’a fabriqué et qui est mort depuis longtemps et la Mort elle-même. Et cette jeune demoiselle n’est aucune de ces trois personnes. », répondit Eleonor.

Tous les regards se tournèrent vers Elise qui, après de tels événements, ne savait plus trop quoi faire et ne comprenait pas bien ce qu’il venait de se produire.

« On en parlera demain, pour le moment la petite à besoin de repos ! Venez vous aussi, vous êtes mes invités ! », dit l’aubergiste qui prît Elise dans ses bras et l’emmena dans l’auberge qui, par miracle, était encore à moitié debout.

Des news fraîches

Alors ça fasait longtemps que je n’avais pas écrit un article sur moi, sur ma transition, sur mon boulot bref, ça remonte.

1 an de THS, le cap est passé

Oui le cap est passé mais ça n’a pas été facile moralement parlant : la perte de deux amies, une petite remarque transphobe dans la rue, une chute de charge dans le boulot et le fait d’apprendre que l’acte de notoriété c’est du vent, ça suffit à faire passer le moral à un niveau très bas pendant pas mal de temps. Je me suis vue prendre 3 semaines de repos dont une bonne partie avec mes parents qui m’ont fait beaucoup de bien. Leur soutien et celui des personnes qui se reconnaitront m’a vraiment apporté beaucoup et je ne les en remercierai jamais assez !

Sinon toujours concernant le THS, au niveau des autres effets, on peut dire que le traitement est efficace. Je laisse les photos parler pour moi (Mai 2010, Mai 2012, Juillet 2013) :

06_201005_201217_2013_2

Et si vous voulez mieux voir pour ce mois-ci voici une dernière photo (les cheveux attachés) :

07_2013_2Au niveau du traitement, les dosages n’ont pas changé mais ça n’empêche pas certaines zones de me titiller, ce qui dans un sens est positif, ça se développe lentement mais sûrement comme on dit. Parlons un peu boulot maintenant.

3 ans de travail pour Airbus, le cap est passé également.

Et oui, 2 ans de travail sur l’A400M puis après le projet open source gPM (LGPL) et me voilà partie pour changer de client, je travaille désormais pour le CNES toujours pour la même entreprise, je ne m’étendrai pas sur le sujet, c’est pour le moment une mission courte donc si vous avez des propositions d’emploi intéressantes n’hésitez pas à me contacter d’ici fin décembre.

Puis les vacances sont arrivées.

Rha ces vacances, elles m’ont fait un bien fou. En plus j’en ai profité pour replonger dans les comics (Marvel Now ! Iron Man & X-Men Universe). Autant le premier mensuel est très bien mais pour le X-Men Universe, j’ai trouvé cela tres chaotique, confus et pas très cohérent, sans compter le sexisme dans le graphisme de Shanna dans l’histoire avec Wolverine …

Et puis après j’ai craqué pour une Wii U, la fameuse console next-gen de Nintendo, c’est vraiment une réussite, j’adore !!!! Pour le moment je joue avec Pikmin 3 et Giana Sisters (Twisted Dreams, pas la version de 1987 hein :p ). J’ai ressorti aussi l’Amiga l’autre jour pour me faire une petite partie de Turrican pour me défouler :-)

Bon bah je pense que j’ai fini de raconter ma vie (j’en garde quand même un peu pour moi mais c’est normal, c’est ce que l’on appelle la vie privée :p ).

004 – Trois voyageurs, une quête

Un bon fût de bière après l’arrivée des visiteurs, la conversation allait bon train. Elise était émerveillée par leurs aventures vécues dans la cité perdue de Molgorth, les montagnes hantées de l’Olgarth … Le groupe était de passage à l’auberge pour la nuit afin de se ressourcer. Ces derniers étaient à la recherche d’un talisman accessible à des intervalles de temps précis dont un mage avait prédit l’apparition dans la région des siècles auparavant. L’équipe était composée de trois personnes.

Le meneur, Khal, était un homme d’une quarantaine d’années qui avait dû vivre beaucoup plus d’aventure que ses coéquipiers. Il avait les cheveux et le regard d’un noir profond. Ce dernier était d’ailleurs d’autant plus obscur qu’un de ses yeux était traversé par une cicatrice allant jusqu’au menton. Celle-ci avait apparemment été faîte au début de sa carrière d’aventurier par un homme-panthère qui avait fini haché menu par le sabre de Khal.

A sa droite se trouvait Aldren qui n’était autre qu’un ami d’enfance du meneur. Contrairement à Khal, ce dernier était apparemment plutôt spécialisé dans le tir à l’arc et avait un visage plus rassurant que le meneur du groupe.

Pour finir, élément beaucoup plus discret de cette compagnie, une jeune femme d’une trentaine d’année qui ne semblait pas avoir de prédispositions particulières si ce n’est de parler très peu et de beaucoup écouter les autres. Elle ne semblait pas avoir vécu autant d’aventures que ces compagnons : pas de cicatrices, la peau n’avait pas souffert des intempéries. Celle-ci s’appelait Eleonor.

Bien qu’Elise aurait bien voulu continuer à écouter les aventures des trois visiteurs, elle entendit le clapotis de la pluie sur le toit de l’auberge s’accélérer et le tonnerre commençait également à gronder. Elle souhaita donc bonne route au groupe d’aventuriers tout en commençant à mettre son manteau pour affronter les intempéries et se sauva de l’auberge en courant le plus vite possible afin de rejoindre son abris dans la montagne.

Suite au départ précipité de la jeune fille, la compagnie se retrouva sans public et les trois voyageurs demandèrent donc à se reposer chacun dans une chambre. 

003 – Maride

Pendant ce temps, dans le monde de Tyr, dans les collines verdoyantes de Lear, la vie paisible des paysans de la région suivait son cours. Dans le village de Maride, durant cette période de vacances, les enfants courraient à travers les ruelles du village et s’amusaient ensemble. Leurs rires pouvaient s’entendre dans tout le bourg. Les villageois quant à eux s’activaient afin de terminer les récoltes avant la saison des pluies, toutes les personnes en mesure d’apporter leur aide étaient réquisitionnées. Dans les pâturages, quelques rares bergers se relayaient entre eux pour garder le bétail. Avec eux, une jeune fille nommée Elise participait à leurs activités. Cette dernière passait plutôt la majeure partie de son temps à rêvasser et à courir avec les chiens de bergers dans les collines mais quand les pâtres avaient besoin d’aide pour retrouver un mouton ou une vache égarée, elle était d’une grande aide. La jeune fille était appréciée de tous. Aventureuse, curieuse, un peu garçon manqué malgré ses cheveux longs, la jeune fille adorait trainer à la taverne-auberge du Nain Vert. Certes un nom étrange pour un auberge car nul n’a jamais vu un seul Nain Vert dans le monde de Tyr mais le propriétaire était persuadé d’en avoir vu un jour quand ce dernier avait encore ses deux jambes pour parcourir le monde … Malgré son handicap personne n’osait remettre en cause sa découverte de peur de prendre un coup de morgenstern sur la tête.

Comme chaque soir, Elise redescendait dans le bourg afin d’aller écouter les récits des habitués qui avaient vécu quelques aventures dans leur lointaine jeunesse. Et ce soir là, elle allait avoir une grande surprise : des étrangers étaient arrivés en fin de journée et avaient choisi l’auberge du Nain Vert pour se reposer.

002 – Un message inattendu

La Porte des Mondes était une des voies uniques pour voyager entre les différents plans du monde et la seule à être empruntée par les dieux eux-mêmes, bien que ces derniers voyageaient peu … Selon le plan d’existence où elle se trouve, son apparence diffère mais dans chacun d’eux elle s’avère être suffisamment gigantesque pour y faire passer une montagne. Celle du monde de Sidh, plan de l’Ombre, était en bois massif, son encadrement était constitué de pierres finement sculptées où arabesques, symboles magiques et écritures antiques se côtoyaient.

Au fur et à mesure que Grald et la Mort approchaient de la Porte, plus le sol vibrait et des bruits sourds tels des coups de canon retentissaient dans la lourde atmosphère de la nuit. Ils stoppèrent net leur avancée lorsqu’ils arrivèrent dans la salle où se trouvait la Porte, figés par le spectacle qui s’offrait à leurs yeux. Les gonds de la Porte, ébranlés par une force mystérieuse, étaient sur le point de céder. Une lumière irisée et bleutée s’infiltrait entre les traverses de cette dernière.

Dans un dernier assaut, la porte céda, laissant place à un invité des plus indésirables : une créature, semblable à un loup, dotée de 4 têtes et mesurant environ six mètres venait de faire irruption dans un halo de lumière bleutée. Craignant pour la sécurité de ses homme, la Mort se concentra immédiatement pour lancer un de ses sorts d’immobilisation dont il avait connaissance. L’étrange animal se figea. Ce dernier s’était calmé soudainement mais la Mort comprit, non sans surprise, que le sort n’avait en rien affecté l’animal mais que celui-ci avait compris l’objectif du sort en lui-même.

- Co … Comment … ? bégaya la Mort.

Dans l’esprit de la Mort, tout se bousculait, nul ne peut résister à un sort lancer par l’un des serviteurs des Dieux si ce n’est un autre serviteur ou les Dieux en personne. Soudainement il chancela, son esprit été abasourdi, oppressé par une puissance psychique incommensurable. Il se concentra, il distingua des bribes de paroles qui se transformèrent bientôt en mots puis en phrases bien distinctes :

- Tu as été l’Elu des Dieux pendant plus de 500 ans, le chant de la Fin a déjà dû arrivé à tes oreilles et pourtant nul n’est encore prêt à recevoir tes responsabilités et ton pouvoir. Mon arrivée en ces lieux signifie que ton descendant est arrivé dans le Monde de Lum et qu’il ne te reste plus qu’à le former. Cependant, bien qu’étant lié à lui, je ne saurai le trouver moi-même. Il t’incombe de le trouver également.

Une fois ces dernières paroles psychiquement prononcées entre l’esprit animal et celui de la Mort, tout en se dissipant, la créature devint rouge incandescent et la Mort se mit à hurler de douleur : le vieil homme de 534 ans venait d’être marqué par le sceau rougeoyant des Enfers. Le signe tant attendu était enfin arrivé, les Enfers réclamaient leur dû, la Mort allait bientôt mourir …

001 – Une nuit interrompue

Cela faisait maintenant plusieurs heures que la nuit était tombée sur le monde de Sidh. La plupart des habitants avaient sombré dans un sommeil profond. Repos bien mérité après de si longues heures employées à assister la Mort dans son travail quotidien. Depuis la simple mort de vieillesse au meurtre prémédité en passant par la conservation de la Vie sur Terre, tout est géré ici. Démarches administratives, protection des vivants, destruction des âmes, formation des nouveaux arrivants … la liste des tâches est très longue et nécessite une attention toute particulière sur le respect du calendrier. La nuit était donc la bienvenue pour tout ces travailleurs de l’Ombre parfois soumis à forte pression.

Pendant ce temps, éclairée par la lumière oscillante des flammes, assise dans un fauteuil des plus confortables, la Mort ne dormait point. Cet homme qui avait vécu tant de temps n’arrivait pas à trouver le sommeil. Quelque chose le tracassait, cela faisait maintenant plus d’un mois qu’il avait entendu ce chant. Ce chant que toutes les Morts avaient entendu avant de définitivement quitter le monde de Sidh. Ce chant que seules les âmes en fin de vie peuvent entendre. Il l’avait à la fois attendu et redouté dès qu’il était devenu « celle » que tout les mortels craignent le plus. Mais quand il avait entendu cette douce et belle voix, il s’était dit que Morrigan en personne avait dû chanter cette nuit-là. Bien qu’il savait sa fin proche, il commençait à s’inquiéter de ne pas avoir trouvé de remplaçant. Aucun signe divin ne lui avait permis de trouver celui qui prendrait sa place.

Il entendit les bruits de pas d’un de ses assistants qui s’approchaient pour s’arrêter subitement devant la porte de son logis. L’arrêt des pas battants les pavés du couloir furent suivis de plusieurs coups de battoir sur la porte. Il n’était pas dans les habitudes de ses assistants personnels de le réveiller en pleine nuit même s’ils savaient que leur chef dormait peu. La Mort se leva donc pour ouvrir à la personne qui continuait d’utiliser le battoir sur la porte de bois. Quand il ouvrit cette dernière, il reconnut Grald, le responsable de la sécurité des Mondes. Il était essoufflé, ce qui, pour lui, signifiait qu’il avait dû courir pendant une certaine distance. Et pour que Grald se mette dans l’état de panique où il semblait être, il fallait que ce soit urgent.

- Que se pa …

Grald ne lui laissa pas le temps de finir sa question.

- Seigneur ! La Porte … la Porte des Mondes … il faut que vous … que vous veniez immédiatement !! dit-il en reprenant son souffle.